Une initiative solidaire conçue et réalisée par les mineurs sous main de Justice

A 100Murs, nous sommes convaincus que l’exercice de la solidarité est un levier indéniable d’insertion : se sentir utile et se positionner en tant qu’acteur œuvrant pour l’intérêt général et au service des plus démunis permet de (re)trouver sa place dans la société, et aussi parfois de sortir d’un processus de victimisation qui empêche certains jeunes d’évoluer vers la résilience.

Beaucoup de personnes détenues ou sous main de justice témoignent de ce sentiment d’inutilité voir d’infantilisation : enfermés entre quatre murs, comment tenter réparer le mal causé à la société ? Comment se donner les moyens d’être force de proposition et de réaliser une action bénéfique au bien commun mais aussi à l’estime de soi ?

L’association 100Murs propose à ces personnes un soutien et un accompagnement vers la réalisation d’action solidaires avec comme objectif que ces dernières soient des initiatives émanant directement des personnes concernées et ne soient en aucun cas imposées, mais aussi la volonté qu’elles réalisent ces projets solidaires de la conception jusqu’à l’évaluation .

C’est dans cette philosophie d’action que l’équipe de 100Murs a proposé aux jeunes placés au Centre Educatif Fermé de Bures-sur-Yvette d’être initiateurs d’une action solidaire dans le cadre général du projet 1 000 km de possibles. Les jeunes se sont concertés avant de porter leur choix sur une récolte de jouets et vêtements pour enfants qui seraient ensuite redistribués aux enfants migrants de Paris.

Le cortège solidaire est parti de la place Stalingrad pour rejoindre les locaux de l’association « Une chorba pour tous », qui propose chaque mercredi une aide matérielle et alimentaire aux familles dans le besoin. Les jeunes ont dans un premier temps eu l’opportunité de visiter la structure et d’en comprendre le fonctionnement, avant de se mettre à la tache en aidant les familles à retrouver les tailles de vêtements qui correspondaient à leurs enfants, en distribuant jouets et nourriture.

Lors de l’évaluation de l’action, réalisée quelques jours plus tard, les jeunes ont manifesté l’envie de réitérer ce type d’action mais ils souhaitent désormais voir plus grand, apporter leur aide à un public plus large et plus nombreux.